Le projet Pastoral

Le Seigneur est mon Berger…

La pédagogie Montessori et l’enseignement catholique

Une grande partie de la philosophie de Maria Montessori prend en compte la qualité de l’âme d’un enfant. Maria Montessori était une fervente catholique pratiquante et ses croyances se traduisent dans son approche de l’éducation des enfants. Fondamentalement, Maria Montessori croyait en la capacité innée d’un enfant à aimer et respecter la vie.

La pédagogie de Maria Montessori se mêle merveilleusement bien avec la spiritualité, car les deux sont axés sur le respect de soi-même et des autres, le respect de la Nature,  et l’éveil à la Conscience. Maria Montessori ne conçoit pas la construction de l’Homme sans proposer une réponse aux aspirations de son être spirituel. Pour cette raison, notre école propose à l’enfant les moyens de découvrir les fondements de la Foi Chrétienne ainsi que la vie de l’Église Catholique.

Dans “L’enfant”, on retrouve la métaphore filée de l’embryon lorsqu’elle parle du développement de l’enfant. Il y a en lui un « embryon spirituel » qui, pour s’exprimer, doit passer par une incarnation. À de nombreuses reprises, Maria Montessori exprime son enthousiasme pour le développement de l’enfant et le mystère que celui-ci porte. Le mot miracle revient régulièrement sous sa plume.

Si elle n’expose pas sa foi de façon nette, le caractère chrétien de sa pédagogie ne saurait donner lieu au doute et la façon dont elle achève son chapitre sur le nouveau-né porte une dimension christique sans équivoque :

« Il vint au monde
Et le monde fut fait pour lui.
Mais le monde ne le reconnut pas.
Il vint à sa propre maison
Et les siens ne le reçurent pas… » (MM)

Le projet pastoral de l’école s’organise autour de temps forts annuels organisés par les parents, les élèves, l’équipe éducative et les responsables religieux qui sont associés à notre école.

Nous accueillons les familles de toutes confessions religieuses.

Concrètement….

A “la Ferme du Bon Berger” nous pratiquons une spiritualité de la Joie, comme nous y encourage Saint Dominique : «Ici, nous faisons consister la sainteté à être toujours joyeux», ainsi que Saint Jean Bosco «Mes enfants, soyez joyeux !».

Nos ateliers de catéchèse sont pensés selon la pédagogie Montessori et ont été développé par Sofia Cavaletti, une des disciples de Maria Montessori.

Fondatrice d’un centre de catéchèse à Rome, Sofia Cavalletti (1917-2011) a mis au point et développé une méthode inspirée par les principes éducatifs de Maria Montessori, la catéchèse du Bon Berger, qui permet d’accompagner les tout-petits dans la découverte directe des textes bibliques et de la liturgie.

Une  rencontre personnelle de l’enfant avec Dieu
La catéchèse du Bon Berger, qu’elle détaille dans son ouvrage “Le Potentiel Religieux de l’Enfant”, réutilise les principes de la pédagogie Montessori en la mettant au service de l’enseignement religieux (autonomie, curiosité d’apprendre, prise de confiance en soi, communication, respect de son environnement et de la communauté, etc.).

Elle propose à l’enfant de prendre conscience de sa place réelle d’enfant de Dieu par un enseignement basé sur l’expérience. Les enfants, répartis en groupes selon leur âge (de 3 à 6 ans,  de 6 à 9 ans, et enfin de 9 à 12 ans) participent à différentes activités autour des grands thèmes de l’Église. Ainsi, le principe de cette catéchèse est d’être toujours en mouvement : les enfants n’assistent pas à de grands cours magistraux mais sont stimulés par la diversité des activités et un mouvement permanent. Le caractère intuitif et spontané de l’enfant est respecté, et la Bible et la liturgie sont considérées comme une catéchèse à part entière. La vocation de la Catéchèse du Bon Berger est de mener l’enfant vers Dieu en lui faisant adopter un regard anthropologique chrétien.

Quels sont les thèmes abordés selon les âges ?

Il y a trois niveaux :
  • les 3-6 ans où on aborde « qui » : « Qui est Dieu ? Qui suis-je ? »
    45mn par semaine
  • les 6-9 ans, c’est le « quoi » : « Quel est le plan de Dieu ? Quelle est ma place dans ce plan ? » 1h par semaine
  • les 9-12 ans le « comment » : « Comment Dieu m’appelle-t-il à travailler au Royaume ? Comment puis-je y répondre avec mes talents ? »
    1h par semaine

La catéchèse du Bon Berger a une approche christocentrique, c’est-à-dire qu’on commence par rencontrer la personne du Christ. On ne va donc pas suivre un ordre chronologique ; en effet de 3 à 6 ans, il est trop tôt pour parler du péché originel.

Cette rencontre va essentiellement se vivre à travers la parabole du Bon Berger : l’enfant qui a besoin de l’amour protecteur prend peu à peu conscience que c’est lui, la brebis. Un enfant peut passer des séances entières à déplacer les brebis et se réjouir d’être aimé à ce point…

L’enfant est aussi très réceptif à d’autres passages de l’Écriture : les paraboles du Royaume ; les récits de l’enfance de Jésus comme l’Annonciation ou la Nativité ; la Cène. Il découvre la liturgie à travers les couleurs, les vêtements et les objets de la messe, mais aussi les gestes eucharistiques et le baptême, sans oublier la géographie d’Israël. C’est une catéchèse très incarnée !

De 6 à 9 ans, c’est l’âge de l’esprit raisonnant, de l’abstraction, mais aussi de la vie sociale. Ils vont approfondir toutes les notions abordées de 3 à 6 ans puis en faire des travaux de synthèse. Ils découvrent l’Histoire du Royaume de Dieu : d’où l’on vient – la Création –, où l’on est – la Rédemption – et où l’on va : vers la Parousie où « Dieu sera tout en tous » (cf. 1 Corinthiens 15, 28). Les enfants sont invités à connaître les livres de la Bible et à y chercher eux-mêmes les passages dont ils ont été bercés de 3 à 6 ans.

La parabole centrale pour cette période est celle de la Vigne véritable, qui montre que nous sommes intimement unis à Jésus. La vie morale est nourrie grâce aux paraboles de miséricorde. La prière communautaire animée à tour de rôle par plusieurs enfants vient maintenant rythmer les séances. Une préparation spéciale au sacrement de Réconciliation et à la Première communion est proposée au cours d’une retraite.

Source :
https://www.magazine-zelie.com/single-post/2017/06/03/Au-cœur-de-la-catéchèse-du-Bon-Berger